Entre panorama, archéologie et histoire

Gergovie, lieu chargé d’histoire

Gergovie entre dans l’Histoire sous la plume de Jules César qui décrit, dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules, le cuisant échec qui lui est infligé par les troupes de Vercingétorix sous les murs de l’oppidum (forteresse gauloise). Nous sommes alors en 52 avant J.-C. Cette célèbre bataille, unique victoire gauloise pendant la guerre menée par César en Gaule, ne précède que de quelques mois le triomphe définitif des troupes romaines à Alésia. Malgré la défaite et la reddition de Vercingétorix à Alésia mettant fin à la révolte des Arvernes, la ville de Gergovie s’est développée jusqu’au tout début de notre ère. C’est alors qu’est fondée, dans la plaine, la ville gallo-romaine d’Augustonemetum (Clermont-Ferrand) qui marque l’abandon de l’oppidum au profit de la cité nouvelle.

Gergovie, site archéologique

Tombé dans l’oubli, Gergovie est identifié au XVIe siècle par Gabriel Siméoni, érudit florentin fin connaisseur du texte de César. Les premières fouilles archéologiques du site et la découverte des camps romains remontent au règne de Napoléon III. En 1900, un monument de 26 mètres de haut est érigé sur le plateau pour commémorer la victoire gauloise. Des découvertes complémentaires sont réalisées dans les années 1930 et 1940 :

  • un quartier artisanal,
  • une porte aménagée dans le rempart,
  • une villa gallo-romaine,
  • ainsi qu’un sanctuaire dont l’activité a perduré longtemps après l’abandon de l’oppidum.

Les observations du XIXe siècle ont été confirmées par des recherches réalisées entre les années 1990 et 2010 sur les camps césariens, et sur les remparts de Gergovie, clairement contemporains de la conquête romaine. L’interprétation de ces découvertes ne laisse plus de doute quant à la localisation de la bataille. Les fouilles actuelles, menées depuis 2013 au centre du plateau, dévoilent peu à peu l’organisation urbaine de la ville gauloise : elles ont identifié l’emplacement de la porte principale de l’oppidum et d’une large voie conduisant vers un très vaste espace dallé, qui semble bien correspondre à une place située au centre de la ville.

Printemps 2019 : ouverture de la Maison de Gergovie.

Vaste plateau de 70 hectares dominant la plaine, Gergovie est à la fois une ville antique, un lieu de bataille et un remarquable belvédère.

Un peuple, trois oppida

À quelques kilomètres au sud de Gergovie, sur le plateau volcanique de Corent, c’est une autre cité gauloise qui est progressivement mise au jour par les archéologues. Les premières traces d’occupation remontent au néolithique, avec une occupation plus importante à la fin de l’âge du bronze (entre 1 000 et 800 av. J.-C.)…

Vers 130 av. J.-C., le peuple arverne va fonder au centre du plateau un sanctuaire, marqué par une activité de banquets rituels, autour duquel s’établiront les quartiers spécialisés d’une véritable ville gauloise : un oppidum. Les fouilles archéologiques réalisées depuis 2001 démontrent l’opulence du peuple arverne à la fin de l’âge du fer et apportent une connaissance plus approfondie de l’évolution du site jusqu’à son abandon définitif à l’époque gallo-romaine (à la fin de IIème siècle après J.-C).

Le site gaulois a fait l’objet d’un aménagement paysager réalisé par le Conseil Départemental du Puy-de-Dôme. Le parcours, en accès libre, est ponctué de panneaux explicatifs et d’images de synthèse proposant une restitution de l’aspect de l’oppidum, afin de mieux comprendre l’organisation et l’évolution de ce centre ville monumental.

Quant à l’oppidum de Gondole, il constitue – avec ceux de Gergovie et Corent – l’une des trois « agglomérations » des Arvernes à la fin de l’âge du fer. Cette cité gauloise fortifiée, vaste de plusieurs dizaines d’hectares, s’étendait au confluent de l’Allier et de l’Auzon, sur la commune actuelle du Cendre.

Les fouilles ont permis aux archéologues de révéler le rempart de l’oppidum, des activités artisanales dans un quartier situé hors du rempart, ainsi que des sépultures (en particulier une tombe regroupant simultanément huit hommes et huit chevaux). De larges voies laissent penser que les trois oppida étaient autrefois reliés…

Gergovie, point de vue à 360° sur l’Auvergne

Le Plateau de Gergovie est l’un des meilleurs endroits pour profiter d’une vue panoramique imprenable sur la Chaîne des Puys, le Massif du Sancy, les Monts du Livradois, la plaine de la Limagne et l’agglomération de Clermont-Ferrand. Un spot idéal pour les passionnés de cerf-volants, chars à voile, kites et autres loisirs de pleine nature.

Profitez de votre balade pour approfondir vos connaissances au cours d’une visite thématique guidée et découvrez au détour d’un sentier les vestiges archéologiques disséminés sur le plateau.

  • Fouille à Gergovie - Historia Photographie ©
  • Rando pedestre en Mond'Arverne - Henri Derus©